La réglementation environnementale RE2020

TREENERGY est un bureau d’études thermiques RE 2020 et fluides situé dans l’Oise.  Nous sommes spécialisés dans la conception énergétique des bâtiments très basse consommation et passifs depuis 2010.

Nous réalisons l’ensemble des études thermiques nécessaires au dépôt de permis de construire (construction, surélévation, extension) jusqu’à la définition précise des systèmes énergétiques comme les pompes à chaleur géothermiques, chaufferies biomasse, centrales photovoltaïques.

Depuis notre création, nous avons observé les différentes évolutions des réglementations thermiques, de la réglementation RT2005 jusqu’à la réglementation thermique RT2012 aujourd’hui. Cette dernière va prochainement évoluer pour donner naissance à la réglementation environnementale RE2020. Celle-ci s’appuie sur l’expérimentation récente « bâtiment à énergie positive et réduction carbone ».

Cette nouvelle règlementation entrera en vigueur à partir de janvier 2021 et l’Etat souhaite atteindre à travers la loi Énergie Climat, une neutralité carbone d’ici 2050 dans le secteur de la construction.

E+C+ Bâtiment à Energie Positive et Réduction carbone

TREENERGY a récemment obtenu les certifications sur un quartier de 26 maisons accolées de niveau BEPOS Energie 3 Carbone 2 et Passivhaus.

Les objectifs de cette nouvelle réglementation RE 2020 :

Objectif 1: Donner la priorité à la sobriété énergétique et à la décarbonation de l’énergie

À ce titre, les exigences de la RE2020 vont entraîner la disparition progressive du chauffage utilisant des énergies fossiles dans les logements. La sortie des énergies fossiles dès 2024 exclura de fait des systèmes utilisant exclusivement du gaz.

Objectifs 2 : Diminuer l’impact carbone de la construction des bâtiments

Le développement de la construction à faible impact environnemental, comme le bois, sera donc à privilégier dans les constructions. Les projets devront passer les exigences d’une analyse de cycle de vie bâtiment (norme EN 15978) permettant d’optimiser l’impact environnemental d’un projet de construction, de sa création, jusqu’à sa destruction et son recyclage. Les données environnementales des produits de construction, issues des Fiches de Données Environnementales et Sanitaires (FDES), se baseront sur la base INIES et PEP pour les équipements.

Le bureau d'études RE 2020 TREENERGY vous accompagne dans l’éco-conception de votre projet.

Évolution des données vérifiées depuis 2005 : produits et équipements

Objectifs 3 : Garantir la fraîcheur en cas de forte chaleur

Le gouvernement souhaite assurer que les bâtiments de demain seront adaptés au changement climatique et seront confortables lors des vagues de chaleur. Les systèmes de brise-soleil orientable, surventilation nocturne estivale, optimisation du déphasage et de l’inertie du bâtiment sont à étudier avec précision.

Les changements majeurs engendrés par la RE2020 :

Prise en compte des Degrés Heures d’inconfort (DH) : les constructions devront respecter un DH inférieur à 1250°C. Le DH représente la somme sur l’année du nombre d’heures en inconfort pondéré par l’écart à la température de confort adaptatif.  Entre 1250°C et 350°C la réglementation prévoit une pénalisation sur le coefficient de consommation (CEP) car ce bâtiment pourrait avoir recours à la climatisation durant son utilisation. Les nouveaux bâtiments devront donc privilégier le recours à des systèmes de rafraichissement « passifs » (ventilateurs plafonniers, géocooling, rafraîchissement adiabatique, puits hydraulique, protections solaires…). En dessous d’un DH <350°C, l’usage d’une climatisation pour assurer le confort des usagers n’est pas nécessaire.

  • La prise en compte de nouveaux usages : les usages mobiliers ne sont pas pris en compte dans le calcul des consommations mais ils seront calculés dans au niveau de l’autoconsommation. De plus, la réglementation prendra en compte les usages immobiliers, escalators, ascenseurs, éclairage parking et autres parties communes.
  • La modification du coefficient énergie finale / primaire pour l’énergie électrique : le coefficient passera historiquement de 2,58 à 2,3.
  • La modification de la surface prise en compte : les calculs se baseront sur la surface habitable (SHAB) pour les logements et sur la surface utile (SU) pour le tertiaire.
  • Le calcul Bbio prendra systématiquement des besoins de refroidissement, plus ou moins importants en fonction des caractéristiques de l’enveloppe du bâtiment et de son optimisation bioclimatique. Par rapport à la RT 2012, la nouvelle réglementation exigera -30% sur le coefficient Bbio pour les logements.
  • Le calcul du coefficient CEP (consommation en énergie primaire) prendra en compte uniquement la production solaire photovoltaïque autoconsommée. La partie exportée ne sera donc pas valorisée dans ce calcul. En d’autres termes, TREENERGY préconise l’optimisation d’une solution permettant une énergie 100% autoconsommée permettant de limiter l’investissement et l’impact carbone de l’équipement.
  • La prise en compte du coefficient d’incitation aux énergies renouvelables : EgesEnergie. Pour exemple, les maisons individuelles seront limitées à <4 kg CO2/m².an, excluant de fait la mise en œuvre d’une chaudière gaz. A partir de 2024, concernant les bâtiments collectifs, le seuil sera inférieur à < 6 kg CO2/m².an.

Afin d’atteindre ces exigences le bureau d’études RE2020 TREENERGY préconise les systèmes suivants pour les maisons individuelles :

  • Enveloppe : très performante suivant les exigences des maisons passives
  • Chauffage : poêle à granulés certifié étanche avec appoint électrique performant ou système compact air/air (pompe à chaleur 4 en 1)
  • Eau chaude sanitaire : système compact air/air (pompe à chaleur 4 en 1), solaire thermique, ballon thermodynamique, récupération d’énergie sur les eaux grises
  • Ventilation : double flux à haut rendement >90%
  • Production d’énergie : photovoltaïque en autoconsommation 100%

Afin d’atteindre ces exigences, TREENERGY conseille les systèmes suivants pour les bâtiments collectifs :

  • Enveloppe : très performante, suivant les exigences des bâtiments passifs
  • Chauffage et eau chaude sanitaire collectifs : chaufferie biomasse à condensation, pompe à chaleur géothermique, réseau de chaleur et récupération d’énergie sur les eaux grises
  • Ventilation collective: double flux à haut rendement >90%
  • Production d’énergie : photovoltaïque en autoconsommation collective 100%
Données publiques : groupe de travail modélisateur RE2020
  • La prise en compte du coefficient Cep,nr : consommations d’énergie primaire non renouvelable. Un seuil maximal permet de limiter le retour massif du radiateur à effet joule permettant 100% des besoins de chauffage.

La prise en compte de l’analyse de cycle de vie à travers le coefficient Eges PCE

prise en compte  des phases  de production – construction – exploitation – fin de vie, potentiel de recyclage et d’export de production locale d’énergie. La réglementation n’est pas encore figée sur la possibilité d’une prise une approche dynamique des émissions environnementales. Pour exemple, la construction bois stocke temporairement du carbone et la rejette en fin de vie, ce qui permet de limiter l’impact carbone à court terme. Ce déphasage carbone est donc à privilégier dans la situation actuelle de réchauffement climatique. La réglementation prévoit un coefficient de pondération permettant de prendre en compte cet effet bénéfique sur le climat.

De plus, l’analyse de cycle de vie prend en compte à titre informatif l’impact au niveau de l’ensemble de la parcelle avec, entre autres, le comblement des cavités souterraines, l’usage de l’eau potable pour l’arrosage et les usages particuliers et la gestion des rejets d’eaux.

Les exigences sur le coefficient Eges PCE vont surement être progressives :

  • Premier temps 2021-2024 : une appropriation du coefficient sans contrainte immédiate
  • 2024, 2027, 2030 : l’augmentation par des paliers induisant un recours de plus en plus   important   aux   matériaux   à   faible   empreinte carbone et notamment  bois  et  biosourcés. En 2030, l’abaissement du seuil maximal de 30 à 40%.

Notre bureau d’études thermiques et fluides TREENERGY vous accompagne dans la conception de l’ensemble de vos projets de construction.